Blick, l’observatrice observée

Avec l'artiste chorégraphique Sophiatou Kossoko

MAISON DU TEMPS LIBRE / STAINS

La chorégraphe Sophiatou Kossoko travaille sur la confrontation et la rencontre entre deux espaces : le commun et l’intime. Le corps entre en jeu en tant que lien symbolique dans lequel se rejoignent mouvements internes (pensées, voix...) et mouvements externes (corps, actions...). Par le mouvement et l’expression, Sophiatou Kossoko invente des espaces où l’individu s’interroge sur la place qu’il entend occuper dans la société et celle que cette dernière lui laisse.

 

À travers ce projet, un public d’amatrices est amené à partager ces interrogations sur le regard que nous portons sur l’autre. Comment considérons nous la présence d’autrui ? Comment notre regard est-il guidé par notre héritage culturel ? Comment celui-ci se transforme t-il ? Avons-nous la possibilité de changer le regard d’autrui ? Autant de questions autour desquelles la chorégraphe souhaite proposer un travail de réflexion corporelle. Il s’agit d’explorer, de danser en associant un travail d’écoute et d’expression : des instants de partage et d’échanges sur les différents modes d’observation que nous pratiquons les uns envers les autres. Puis, il convient d’utiliser ces points de vue, le partage des expériences pour s’organiser au quotidien. 

 

Dispositif Culture et lien social – Contrat de ville

Avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’ Île-de-France – SDAT