© Spoerri
Suisse / Nouvelle-Zélande

Simone Aughterlony

After Life

  • Samedi 24 mai 2014  • 18h
  • Dimanche 25 mai 2014  • 18h

    La Chaufferie

duo • 70 minutes

ENGLISH

 

Nic Lloyd joins Simone Aughterlony on stage as iconic representations of body and soul. Together they question a contemporary conceptualization of the body and how that relates to our thoughts and musings on possible extensions of the body after life. They like the idea of an eternal and mutating body and trust that it is within the body that the soul resides. Where else should it live? They physically process stages of (de)composition in the hope of rendering an extended history for the body – one that continues to transform and stretch into the future. How do the drives and urges we experience in life resonate when there is no body through which to fulfill them?

Après Show and tell, duo centré sur le corps de chair et de sang, voici After Life, le deuxième volet de la trilogie de Simone Aughterlony consacrée à l'histoire du corps pris dans des moments existentiels. Dans le même décor que la première pièce, mais côté coulisses cette fois, Simone Aughterlony et le DJ et performer Nic Lloyd jouent aux revenants, la première dans le costume d'un squelette qui n'est pas sans rappeler les déguisements d'Halloween, le second dans un drap de fantôme. Régulièrement, des techniciens passent, téléphonent, démontent le décor, mais si les revenants voient les vivants, l'inverse n'est pas vrai, malgré tous les  efforts des premiers pour attirer leur attention. 

 

Désœuvrés, dépités, le squelette et le fantôme se livrent donc à différents jeux qui miment les actions humaines : baiser, faire les courses, manger, danser, les habitants d'After Life font tout à l'identique – ou presque. Dans une société matérialiste où sont sans cesse célébrés l'ici et le maintenant que peut donc être la figure du revenant sinon une figure qui agit pareillement ? Les zombies, devenus inoffensifs, sont donc pris comme tout un chacun dans le flux continu des signes, dans le maëlstrom de sons et d'images qui fait aujourd'hui l'essence de nos vies. Passant d'une émission de radio à une scène de pique-nique digne du Déjeuner sur l'herbe dans lequel surgirait le peintre de la Renaissance, Giuseppe Archimboldo et ses figures composées de légumes, d'un hip hop à un tube disco, Simone Aughterlony et Nic Lloyd mélangent les genres et les époques, la haute et la basse culture. 

 

After Life affirme donc que si les fantômes ont un corps alors ils ont un esprit – s'ils ne l'avaient pas où serait-il donc passé ? Mais que cet esprit n'est pas forcément le moi de vous et moi. Car le zombie a-t-il une âme ? Voilà une autre affaire âprement discutée par une présentatrice et un représentant de l'espèce. « Vous expérimentez, je vis. […] C'est très frustrant pour moi cette constante obsession du moi ou de l'âme ou de l'ego, toutes ces choses qui sont un complet mystère pour moi. » C'est ce corps mutant, tragi-comique et éternellement renaissant que Simone Aughterlony met en scène, avec le sens du récit et l'humour qui la caractérisent. 

Conception Simone Aughterlony 
Interprétation Simone Aughterlony, Nic Lloyd
Dramaturgie Jorge León, Saša Božić
Scénographie Janina Audick
Costumes Judith Steinmann
Création lumière Florian Bach
Création son Jan Stehle, Susanne Affolter

Production Verein für allgemeines Wohl
Coproduction Gessnerallee - Zurich, HAU Hebbel am Ufer - Berlin
Soutien Stadt Zürich Kultur, Fachstelle Kultur Kanton Zürich

Avec le soutien de Pro Helvetia

 

 

Parcours de Simone Aughterlony

Simone Aughterlony est diplômée de l’École de Danse de Nouvelle-Zélande depuis 1995. En 2000, elle rejoint Meg Stuart / Damaged Goods et collabore, entre autres, sur les pièces Highway 101 et Alibi. Elle chorégraphie pour des oeuvres de théâtre au Schauspielhaus de Zürich, à la Volksbühne de Berlin et au Burg Theatre de Vienne sous la direction de Falk Richter, Stephan Pucher et Niklaus Helbling. Simone Aughterlony commence à produire ses propres pièces en 2003, avec la présentation du solo Public Property. Ses pièces ultérieures, Performers on Trial et le travail de groupe Bare Back Lying ont beaucoup tourné en Europe. Elle collabore en 2006 avec la vidéaste Meika Dresenkamp pour créer Between Amateurs. Simone Aughterlony crée en novembre 2007 le duo TONIC, présenté dans le cadre de What’s Next?. En 2008, elle signe deux créations de groupe : The Best and the Worst of Us et Sweet dreams are made avec Isabelle Schad. Simone Aughterlony collabore avec le réalisateur Jorge León sur le projet To serve en mai 2010, une trilogie sur la servitude domestique.