© Jordi Surribas
Catalogne, Espagne

Pere Faura / Iñaki Álvarez

Diari d'accions

  • Lundi 26 mai 2014  • 21h 30
  • Mardi 27 mai 2014  • 21h 30
  • Mercredi 28 mai 2014  • 21h 30

    Le Colombier

duo • 60 minutes

ENGLISH

 

Through the use of headlines from daily newspapers as a creative motor, the project proposes the staging of newspapers’ headlines as a poetic and choreographic manifestation. A poetic, visual and physical exercise that explores the space between language and action, between score and execution, between previous expectations and final realization, between linguistic literalities and performing metaphors.

Sur un plateau nu, deux hommes affichent des extraits de journaux via un vidéoprojecteur. Puis ils vont chercher des accessoires pour meubler le plateau (une table, un balai, des chaises, une échelle, des oranges…) avant de reprendre leur  rituel et d'égrener des titres, ou des extraits d'articles sur des écrans en fond de scène. Et, très vite, ces extraits deviennent des propositions d'action. L'un des deux expose un texte sur lequel l'autre rebondit, le plateau devenant une caisse de résonance des énoncés, un terrain de jeu où les mots prennent vie, deviennent des gestes, des mimes, des pas de danse esquissés et où le journal redevient un simple assemblage de mots. Au sens strict, ils font ainsi des actes performatifs, dans lesquels l'énonciation se convertit immédiatement en action. Les phrases, coupées de leur contexte, prises au sens littéral, sans intention ni jugement, deviennent ainsi des scènes, ce qui leur donne un pouvoir étonnant tout en dévoilant leur potentielle absurdité.

 

Pere Faura et Iñaki Álvarez se livrent ainsi à un travail de DJ dans lequel les journaux ont remplacé la musique, et composent une partition faite de plages successives dans lesquelles de nouveaux sens, de nouvelles situations émergent à partir d'un collage d'éléments disparates mais qui forment la trame de notre quotidien. 

 

Pere Faura poursuit là un travail qui se caractérise par l’appropriation d'éléments de la culture quotidienne et populaire (ici les journaux) dont il s'empare comme des ingrédients de mémoires collectives qu’il (re)mixe, en s'associant cette fois à Iñaki Álvarez adepte de la collecte d'éléments dont le réagencement produit des combinaisons nouvelles. 

Avec un dispositif inventif d'une grande simplicité, les deux catalans proposent ainsi une pièce qui transforme le flux médiatique en forme ludique, ironique et poétique. Et redonnent à la vie réelle et à la réalité objective, censées être retranscrites dans les articles de journaux, sa dimension absurde, chaotique et paradoxale. 

Création, interprétation Pere Faura, Iñaki Álvarez
Musique Rossini, Vivaldi, Elvis Presley, Manzanita, Rioji Ikeda
Création lumière Israel Quintero 

Production Pere Faura, Iñaki Álvarez
Soutien Beca Ciutat de Vic, Centro Coreográfico la Gomera, Consell Nacional de la Cultura i les Arts, L’Estruch – Barcelone

Avec le soutien de l'Institut Ramon Lull

 

 

Parcours de Iñaki Álvarez

Iñaki Álvarez, né en 1975, vit et travaille à Barcelone. Artiste, ses travaux sont directement issus de la pratique de la performance et se développent également dans les domaines de la vidéo, de la photographie et plus récemment du théâtre contemporain. Les deux thèmes récurrents de son travail sont le « corps » et le « dire ». Du corps nait la peine, la perte et la blessure, là où le dire et les mots apportent la poésie, la voix, le texte, la réflexion autour des capacités expressives, mais aussi les limites du langage. Le mode opératoire de son travail fonctionne sensiblement sur le même principe que celui d’un collectionneur. Ce dernier, par ses actions de collecte, de réunion, recrée une métonymie. Sur ce modèle, Iñaki Álvarez collecte et compile sans trop se soucier de ses motivations ou de probables usages ultérieurs. Il juxtapose plus tard le matériel collecté en plusieurs combinaisons aléatoires, jusqu'à ouvrir la « faille » d’un sens nouveau.

Parcours de Pere Faura

Né à Barcelone, Pere Faura est un artiste multiple, formé en chant, en musique et en danse, dont le travail se caractérise par l’appropriation de certains éléments de la culture pop (la musique, le striptease, le karaoké, le porno) comme des ingrédients de mémoires collectives qu’il (re)mixe à la manière d’un « DJ pluridisciplinaire ». Il conçoit la chorégraphie comme un lien entre les divers éléments du théâtre. Diplômé de l’Institut du Théâtre de Barcelone et de la School for New Dance Development d’Amsterdam, il a été chorégraphe résident au Teatro Frascati à Amsterdam, en 2007. De retour à Barcelone en 2011, il débute une collaboration avec différents centres artistiques comme la Caldera, la Porta, le Mercat de les Flors, mais aussi le Musée Reina Sofia ou le Matadero, à Madrid, pour des commandes et des performances. En tant qu’interprète, il travaille avec des chorégraphes comme Ivana Müller, Jérôme Bel ou Xavier Le Roy (dont le projet Rétrospective présenté en 2012 à la Fondation Tàpies de Barcelone). Il tourne actuellement avec les pièces Striptease et Diari d’accions et travaille à son nouveau projet Sin baile no hay paraíso (Sans danse il n’y a pas de paradis), depuis 2013.