© PARK Kiljong
République de Corée

박박parkpark

No Longer Gagok: Four nights

  • Samedi 4 juin 2016  • 20h
  • Dimanche 5 juin 2016  • 19h
  • Lundi 6 juin 2016  • 20h

    La Parole errante

pièce pour 5 interprètes • 50 minutes [première en France]

 

SOIRÉE PARTAGÉE AVEC JANG Young Gyu, LEE Hee Moon, Monk Jung Kak

Focus Corée #2 : 3 spectacles présentés

 

Dans le cadre de l'Année France-Corée 2015-2016

ENGLISH

 

No Longer Gagok: Four Nights sets off as a metaphor of Gagok. It is a Gagok piece in the form of physical performance, where poetry, voice, and choreography spread out from the common roots. Poetry no longer clings to its written format on a plane surface, and even takes one step further from being articulated through human voice, but inscribed in 3-dimensional space as “stereo-poetry”. No Longer Gagok : Four Nights sings about the dream of four nights where you find anxiety and beauty at the same time. It opens phantasmal world using twisted composition, symbolic movement and voice from all directions.

    Plongée le plus souvent dans la pénombre ou dans une lumière fantomatique, No Longer Gagok: Four Nights est la première pièce du projet No Longer Gagok avec lequel 박 박parkpark cherche à approfondir et renouveler la perception et la résonance du Gagok, ce genre de musique vocale traditionnelle coréenne accompagnée d’une petite formation orchestrale.

 

    Partant du principe que le Gagok est poésie et que celle-ci requiert de faire le vide pour être appréciée — vide de l’espace, vide temporel, vide de l’esprit — la pièce livre des fragments, des tableaux parcellaires que le spectateur doit combler, en projetant ses propres sensations.

 

    No Longer Gakok: Four Nights offre ainsi quatre tableaux successifs, empreints de solennité, dans lesquels chaque fois subsistent des manques et des blancs. Dans ces quatre tableaux, les corps apparaissent et disparaissent, tronqués ou entiers. Le chant, avec ses longues notes tenues et délicates, s’arrête et reprend, comme la musique. La pièce se construit ainsi autour de l’idée d’un rêve de quatre nuits où l’anxiété et la beauté cohabitent.

 

    Le Gagok apparaît dès lors comme une forme ancienne dont les accords résonnent encore, mêlant les temps, imprégnant l’espace, comme autant de présences, de visions et d’hallucinations ouvrant les portes vers un monde mélancolique et mystérieux où passé et présent se fondent.

Conception, direction, scénographie, musique : PARK Minhee
Interprétation : KIM Heeyeong, PARK Minhee, LEE Kipum, LEE Jeun, JEONG Eonjin
Chorégraphié avec : LEE Jeun, JEONG Eonjin
Création costumes : YUN Jaewon
Mise en scène : KIM Sangyeob
Scénographie : PARK Kiljong

Coproduction : Festival Bo:m (Séoul)

 

Parcours de 박박parkpark

박박parkpark est un collectif artistique qui explore l’approche post-coloniale et remet en question les formes de performance traditionnelle de différentes disciplines artistiques.
Les projets de 박박parkpark s’initient à partir des concepts proposés par la chorégraphe PARK Minhee qui traverse par l’expression corporelle le Gagok, cette musique vocale traditionnelle coréenne, dont les paroles sont des odes, généralement accompagnée d’un petit ensemble instrumental. Très en vogue au XVIIIe siècle, le Gagok est resté une forme populaire, célébrée surtout pour sa beauté formelle. Les pièces de 박박parkpark sont créées en collaboration avec divers artistes – GANG Moonsick, AHN Mano, Kathy Kyunghoo LEE, LEE Kipum, LEE Jeun, JEONG Eonjin, YUN Jaewon et CHOI Miyeon.