© Alwin Poiana
Pays-Bas — Italie

Michele Rizzo

HIGHER

  • Lundi 30 mai 2016  • 19h 30
  • Mardi 31 mai 2016  • 19h 30
  • Mercredi 1 juin 2016  • 19h 30

    Le Colombier

trio • 45 minutes [première en France]

 

SOIRÉE PARTAGÉE AVEC ARNO SCHUITEMAKER

ENGLISH

 

HIGHER is a performance inspired and based on the experience of club dancing. This dance, which is not easily ascribed to any formal category but holds the cultural role of a social event, is here analysed in its being a form of prayer and catharsis. In this work, by trying to transfer the magical essence of the club in the theatrical/ representational context of the black box, we approach dance as a practice that compensates for the fact that we can never be each other.

    Au départ, seuls des points lumineux orange dansent : dans le noir de la scène, des petits ronds apparaissent et disparaissent, grossissent et rétrécissent, forment des figures géométriques sur une musique de Lorenzo Senni qui rappelle les films de David Lynch — même inquiétude, même mystère, même attente. Un corps apparaît enfin à l’avant-scène, dans une forme de brouillard et danse dans sa bulle, en communion totale avec la musique. Il est rejoint par un second puis par un troisième — même âge, même genre, même style.

 

    Inspirée du clubbing — notamment celui des années 80 et 90 — la pièce de Michele Rizzo observe ce mouvement à l’aune de sa croyance au pouvoir cathartique de la danse, conçue « comme une forme de prière et de célébration de l’existence ».

 

    À l’instar des points lumineux du début, les corps des interprètes sont des points solitaires qui, reliés par la musique — de plus en plus mélodique et rapide — et par la danse, parviennent à l’unisson puis le quittent tout en restant unis par un fil invisible faisant de ces trois danseurs un véritable trio.

 

    Avec HIGHER, Michele Rizzo donne alors à voir la naissance et le déploiement d’un corps commun ainsi que la possibilité d’un partage. Il met en exergue le croisement possible d’une pratique sociale collective et d’une expression personnelle, la création d’un espace où la multitude des singularités amène à une forme de transcendance, « une pratique qui compense le fait que si nous ne pouvons jamais être l’autre, nous pouvons essayer de devenir un ».

Conception, chorégraphie : Michele Rizzo
Musique : Lorenzo Senni
Interprétation : Juan Pablo Càmara, Max Göran, Michele Rizzo
Création lumières : Michele Rizzo

Production : Frascati Producties, ICKamsterdam

 

Avec le soutien de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas et du Fonds Podiumkunsten

 

     

Parcours de Michele Rizzo

Michele Rizzo obtient en 2011 son diplôme de la School for new Dance Development d’Amsterdam, où il enseigne aujourd’hui en tant que professeur invité en recherche du mouvement et en chorégraphie. En 2015 il obtient un master de l’Institut Sandberg d’Amsterdam - Dirty Art Department Master program. Il est soutenu depuis 2012 par le centre artistique international chorégraphique ICKamsterdam. Il fait partie des artistes soutenus en 2015 par la subvention 3PackageDeal de AFK Amsterdam Fonds vor de Kunst. Sa pratique artistique touche plusieurs disciplines, inclue interprétation, art musical et visuel et tourne souvent autour de sujets existentiels et ontologiques tels que la définition du moi et son inscription dans un contexte culturel et sociologique et l’idée de pratiques artistiques incluant la danse en tant que processus d’actualisation du moi.
Il a travaillé ces dernières années avec de nombreux artistes tels que Julian Hetzel, Gertjan Franciscus, Vincent Riebeek, Igor Dobricic, les musiciens LVM et Lorenzo Senni.