© Dirk Ramon Durchgraf
Israël / Allemagne

May Zarhy

1325

  • Jeudi 5 juin 2014  • 20h
  • Vendredi 6 juin 2014  • 20h

    La Dynamo de Banlieues Bleues

duo • 60 minutes

[création]

ENGLISH

 

Two female figures, two formed whatevers, and myriad of undertones. They navigate through space, they jump into the possible distance between a thing and what it could mean, they move, they reach, they change. Movement as the emergence of forms that are, what they are, what they are, what they really are. Just when you thought you had it, you ought to begin the quest again. To try to touch something without catching it, unexpectedly finding yourself somewhere in between mathematics and magic, where reality begins to be undermined by fantasy. At first it might not make sense, but give me/us long enough, and it will. 
 

Membre fondateur du collectif MAMAZA, May Zarhy revient aux Rencontres chorégraphiques avec un duo où elle partage la scène avec Kathryn Enright, Américaine rencontrée à Francfort alors qu'elle venait dans le cadre d’une invitation à répéter avec la compagnie Forsythe. À cette occasion, elles se sont découvert des affinités dans leur volonté de chercher une forme qui peut être dansante sans être ni ringarde, ni pauvre, ni ironique et de jouer de leur sensibilité comme un matériau. C'est à partir de ces bases qu'elles ont développé la pièce 1325.

 

Sur le plateau, cela se traduit par un grand recours à la pop musique et par une manière de se l'approprier de façon ludique, distante, naïve et virtuose à la fois ; par un rapport au mouvement lâché et libre, se donnant la liberté de passer d'un état à un autre, de changer brusquement d'émotion, de tonalité, de repartir à zéro. Dans une citation librement adaptée de Virginia Woolf, May Zarhy affirme : « Le mouvement est la chose la plus sauvage, la plus libre, la plus irresponsable, la plus intransmissible qui soit. Bien sûr, on peut s’en emparer et le classifier, le réduire à des formes et des images qui pourront devenir des concepts, des objets de pensée. Mais le mouvement ne vit pas dans la pensée, il vit dans le corps ». Et c'est cet espace premier qu'elles s'efforcent de rendre tangible. Elles naviguent ainsi sur le plateau et se jettent dans l’écart qui sépare ce que les choses sont et ce qu’elles signifient peut-être : une chevelure, un accessoire, un morceau de musique, une façon de danser…

 

À la fois minimaliste et joyeux, 1325 convoque l'imagination de chacun, lorsque celle-ci s'emploie à faire vaciller le réel, l'emportant vers un espace plus magique, plus poétique. Remettre du jeu, voilà ce qui pourrait être le programme de 1325. Au sens propre, en ramenant ici quelque chose de l'enfance et au sens figuré, celui visant l'intervalle entre deux pièces, deux usages, dans la latitude laissée à chacune dans son action propre. 

Conception May Zarhy
Interprétation, création Kathryn Enright, May Zarhy
Direction technique, création lumière, son Harry Schulz
Costumes Chen Carmi, Inbal Levy

 

Production May Zarhy
Coproduction Rencontres chorégraphiques internationales de Saint-Seine-Denis France, Künstlerhaus Mousonturm - Francfort-sur-le-Main  
Soutien Nationales Performance Netz (NPN), Fund for Dance dispositif de la Commission pour la Culture et les Médias du Gouvernement fédéral, sur la décision du Bundestag – Allemagne, Ville de Francfort-sur-le-Main – Conseil des Arts

Remerciements Elpida Orfanidou, Marcus Dross

Avec le soutien du Goethe Institut – Paris

 

Parcours de May Zarhy

Née en Israël en 1984, May Zarhy crée sa première pièce pour la National Choreography Biennale Shades in Dance 2001, dirigée par Neomie Perlov, dans le Suzanne Dellal Centre De Tel Aviv. En 2002, elle s’installe aux Pays-Bas pour étudier la danse à la Rotterdam Dance Academy. En 2005, elle assiste William Forsythe pour la création 3 Atmospheric Studies. Elle participe par la suite à la formation ex.e.r.ce 2007 à Montpellier, formation dirigée par Mathilde Monnier et Xavier Le Roy. En 2009, elle crée le trio MAMAZA avec Fabrice Mazliah et Ioannis Mandafounis. Le trio produit ZERO (2009), Cover Up (2011) et The Nikel Project – Songs & poems (2012). Pausing (2012) a été conçu avec Ioannis Mandafounis uniquement. Ces pièces ont été montrées et coproduites par de nombreux centres artistiques et festivals, notamment le Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles), Mousonturm (Francfort), The Forsythe Company, Theatre de l’Usine, les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis, PACT Zollverein (Essen), Festspielhaus Hellerau, deSingel (Anvers), Onassis foundation (Athènes). Ioannis Mandafounis, Fabrice Mazliah et May Zarhy ont été artistes associés au deSingel Theater d’Anvers, pour la saison 2011-2012. Ils y ont initié différents projets tels que Asingeline et l’installation Garden state. Ils sont actuellement en résidence au Mousonturm de Francfort, grâce au soutien du programme Doppel Pass de la Bundes Kulturstiftung d’Allemagne. La pièce Pausing a permis à Ioannis Mandafounis et May Zahry d’être sélectionnés à Modul-Dance 2012 et ainsi de tourner la pièce à travers la Suisse grâce à Reso-Réseau Danse Suisse. Parallèlement au travail collectif, May Zarhy compose ses propres chorégraphies, enseigne la dance contemporaine et mène des séminaires théoriques auprès d’étudiants et de danseurs professionnels.