Mark Tompkins | Le Printemps - © Gilles Toutevoix
États-Unis / France — Compagnie I.D.A.

Mark Tompkins

Le Printemps

  • Lundi 18 mai 2015  • 21h
  • Mardi 19 mai 2015  • 21h

    La Parole errante

pièce pour 3 danseuses et 1 musicienne • 60 minutes

[création]

 

ENGLISH

 

Four intertwining solos, Le Printemps (The Springtime) is a choral performance that evokes the destiny of four women from different origins and paths, dancers, singers, musicians, who question the themes of emancipation, wandering and exile. Freeing themselves from social or moral constraints, they confront and speak in a singular context that troubles their bearings and certainties. How to undo the innate or acquired factors that forge identity? How to free ourselves from our passions and prejudices? And if emancipation is possible, will it match our hopes and expectations?

Mark Tompkins aime passer d'un univers à l'autre. Après une trilogie américaine, le voici qui plonge en Orient, un Orient réel, incarné par la chanteuse et musicienne palestinienne Kamilya Jubran, et imaginaire, nourri de ses représentations – sons et musiques, voiles, tissus et couleurs.

Comme souvent chez le chorégraphe, la pièce se situe à l'articulation d'un goût assumé pour le spectacle et d'une préoccupation politique, qui tourne ici autour de l'émancipation, de l'errance et de l'exil. Tout est d'ailleurs dans le titre, Le Printemps, qui fait référence à la fois au Sacre de Stravinsky, à la saison et à ce qu'elle suppose de renouvellement, et aux « Printemps arabes » qui ont secoué le monde en 2010.

Les notions de voile et de dévoilement sont au cœur de cette pièce incarnée par quatre personnalités (danseuse, circassienne, performeuse, musicienne) qui enchevêtrent leurs voix et leurs partitions. Joué, chanté, dansé, Le Printemps évoque le destin croisé de ces femmes aux origines et aux parcours différents mais qui ont en commun la volonté de s'affranchir des contraintes sociales ou morales. La pièce met en tension l'aspiration à la libération, l'émerveillement face au monde, la pulsion de vie, et tout ce qui vient régulièrement entraver ces élans, les préjugés, les passions, les conflits, les tentations de repli identitaire. Le Printemps interroge ainsi les questions d'identité et d'appartenance dans un espace où la couleur et le mouvement règnent en maître et d'où ne sont jamais exclus l'humour et la poésie.

Conception : Jean-Louis Badet, Mark Tompkins
Direction artistique : Mark Tompkins
Interprétation : Kamilya Jubran, Silvia Di Rienzo, Anna Gaïotti, Ananda Montange
Création musicale, chant, oud : Kamilya Jubran
Danse, chant, textes : Silvia Di Rienzo, Anna Gaïotti, Ananda Montange
Scénographie, costumes : Jean-Louis Badet
Création lumières : Séverine Rième

Coproduction : Compagnie I.D.A. Mark Tompkins, Centre de développement chorégraphique Toulouse Midi-Pyrénées (accueil studio)
Soutiens : La Villette – résidence d’artistes 2015 (Paris), La Briqueterie – centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne (Vitry-sur-Seine), Ménagerie de Verre – Studio Lab (Paris), Centre national de la danse (Pantin), micadanses (Paris), Arcadi Île-de-France, Fonds SACD Musique de Scène

 

La Compagnie I.D.A. Mark Tompkins reçoit le soutien de la DRAC Île-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication (aide à la compagnie)

Parcours de Mark Tompkins

Après une série de solos et spectacles collectifs, Mark Tompkins fonde la compagnie I.D.A. en 1983. Au fil du temps, sa manière unique de fabriquer des objets performatifs non identifiés est devenue sa signature. Solos et pièces de groupe, concerts et performances mêlant la danse, la musique, le chant, le texte et la vidéo sont les étapes de ce parcours initié au début des années 70 et poursuivi avec la complicité du scénographe Jean-Louis Badet depuis 1988. Parallèlement, il mène une recherche sur l’improvisation et la composition instantanée par le biais de son enseignement et de ses performances avec de nombreux danseurs, musiciens, éclairagistes et vidéastes. Ses spectacles récents évoluent vers le théâtre musical, s’inspirant du music-hall, du cabaret, du vaudeville et de la comédie musicale. En 2008, il reçoit le Prix SACD de la Chorégraphie pour l’ensemble de son oeuvre. En 2007, les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis présente LOST AND FOUND, produit de sa collaboration avec Nuno Rebelo.