Malika Djardi | Sa prière - © Christophe Louergli
France — Association STAND

Malika Djardi

Sa prière

  • Lundi 1 juin 2015  • 19h 30
  • Mardi 2 juin 2015  • 19h 30
  • Mercredi 3 juin 2015  • 19h 30

    Le Colombier

solo • 35 minutes

ENGLISH

 

The origin of this solo lies in the Islamic faith of Malika Djardi’s mother and her practice of prayer. The two women have a conversation and their recorded voices produce a documentary-style sound. Through this entirely natural and intimate intervention, a range of topics is explored, from holy considerations to other more secular ones. Slices of life are delivered involving the personal and the family, contributing to the universal. This material carefully put together by the choreographer moves away from the words to its own arranged musicality, offering the dancer material for movement as the words are spoken and in the silence in between. Sa prière is also a moving reflection on ritual action of the kind found in practising a belief or in the dancer’s discipline.

Dans Sa prière, Malika Djardi a pris comme point de départ la pratique de sa mère, convertie à l'Islam et fervente pratiquante. À partir d'entretiens réalisés avec elle, la chorégraphe et danseuse instaure une sorte de solo « documentaire » où, tandis qu'est diffusée la voix-off de sa mère, elle investit le plateau en silence et en danse.

S'installe ainsi un dialogue fait de droites parallèles plus que de carrefours : au récit de la mère, qui évoque la religion et sa pratique mais aussi les relations avec son mari, la vie et ses attentes, répond la danse de Malika Djardi, qui n'illustre pas les paroles mais mène sa propre trajectoire, que l'on sent évidemment différente. Comme lorsque le récit s'interrompt, remplacé par un tube de Rihanna, délivré in extenso, sur lequel Malika Djardi s'élance dans une gestuelle très affirmée, débordante d'énergie.

Pourtant c'est bien d'un dialogue qu'il s'agit, dans une relation de liberté et d'affinité assumée. Car loin d'une lutte entre deux conceptions du monde, Malika Djardi explore la zone où, si les chemins sont différents, la mère et la fille sont traversées par les mêmes questionnements. Celui du sens du rituel, de la répétition des gestes, du rapport entre le visible et l'invisible, entre le concret et l'abstraction. Celui de l'engagement, de la quête de ce qui transforme. « Rien n’a de sens que ce qui nous bouge » dit la chorégraphe. Elle affirme ainsi, l'air de rien, que l'important n'est pas tant l'objet que la croyance. Et à « sa prière », elle répond simplement « ma danse ».

Conception, interprétation : Malika Djardi
Voix-off : Marie-Bernadette Philippon
Musique : We found love, Rihanna feat Calvin Harris, Tres Morillas, Jordi Savall
Conseil à la dramaturgie : Youness Anzane
Scénographie : Malika Djardi, Florian Leduc
Création lumières : Florian Leduc, Rémy Chevillard

 

Production déléguée : Lola Gatt

Coproduction : Charleroi Danses, Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Résidences et soutiens : Skite Caen et “Afterskite” à l’Atelier de Paris Carolyn Carlson, Rhizome (Lyon), Charleroi Danses, Centre national de la danse Lyon-Rhône Alpes (Lyon)

Remerciements: Jean-Marc Adolphe, Benoît Pelé, Fabienne Aucant

Parcours de Malika Djardi

Après une formation en arts plastiques, elle intègre des études supérieures en danse contemporaine à l’UQAM de Montréal puis au Centre National de Danse Contemporaine à Angers de 2009 à 2011. Elle est invitée par Jean-Marc Adolphe à l’édition 2010 de SKITE au cours de laquelle elle crée une première pièce de groupe Love Song réunissant Perle Palombe, Yohann Alex, Charles Chemin, Trajal Harrell, Aude Lachaise et Maud Le Pladec. Avec le solo Sa Prière, crée en avril 2014 dans le cadre du festival Danseur à Bruxelles, elle poursuit une recherche sur la question de la performance comme objet de documentation. Depuis 2011, elle a travaillé en tant qu’interprète pour Mélanie Perrier, Pierre Droulers, Alexandre Roccoli et en tant qu’invitée sur Suite n°1 “ABC” du metteur en scène Joris Lacoste et son projet Encyclopédie de la parole. Actuellement, elle est interprète sur le projet Des aveugles de la metteure en scène Clyde Chabot, ainsi que pour la chorégraphe Ola Maciejewska sur la pièce Bombyx Mori.

 

Aux Rencontres chorégraphiques :
2015 Sa Prière