Luke George | Erotic Dance - © Rennie McDougall
Australie — Luke George and Collaborators

Luke George

Erotic Dance

  • Mardi 26 mai 2015  • 19h 30
  • Mercredi 27 mai 2015  • 19h 30
  • Jeudi 28 mai 2015  • 19h 30

    Le Colombier

solo • 35 minutes

[création]

 

SOIRÉES SINGULIÈRES ♂

ENGLISH

 

What if we could embody Susan Sontag’s proposal: “In place of hermeneutics we need an erotics of art”, and revert to a more primitive and sensual, almost magical experience of art? What if I ‘interpret’ Sontag’s proposal literally?

A strange intimacy. The sound of my voice. Enter the sound, the space, the theatre, the scene (seen) and our senses. Enter, entrance, trance, and perceptual phenomenon: Autonomous Sensory Meridian Response. The thresholds between literal and abstract. Sexual energy and expanded orgasm. A sensual connection between spectator and performer.

Luke George

Luke George s'est fait connaître par des performances très interactives, avec une approche à la fois conceptuelle et totalement engagée, incarnée, où il explore la façon dont l'énergie circule et celle dont chacun est perçu et se perçoit.

Avec Erotic Dance, il s'appuie sur la phrase qui conclut Contre l'interprétation de Susan Sontag (1961) : « nous n’avons pas, en art, besoin d’une herméneutique, mais d’un éveil des sens (erotics of art) ». Il s'en empare à la lettre et dans l'esprit – l'écrivaine américaine parle d'expérience sensorielle au sens large, pour interroger ce que pourrait être « une danse érotique » aujourd'hui pour le public.

Il puise à la fois dans ses ressources propres – l'utilisation des énergies sexuelles du tantrisme et du taoïsme, les états de saturation sensorielle dans lesquels il aime pousser le corps, laissant les désirs, les intuitions, les impulsions devenir les guides – et dans la danse orientale et celle des go-go dancers dont il a étudié la manière d'aborder le temps et l'espace, la direction des regards, la façon de créer un lien avec les spectateurs.

Erotic Dance invite ainsi à explorer la manière dont se fabrique une intimité et les connexions qui se tissent entre un interprète et le public, et engage une réflexion sur ce qu'est la performance : comment, dans un espace, la perception, le savoir et la croyance se mélangent et créent ce qui nous meut, par-delà le visible.

Luke George propose ainsi une expérience de l'art sensuelle, primitive, viscérale, qui n'hésite pas à faire appel à la magie, et à ce qui nous dépasse.

Chorégraphie, interprétation : Luke George
Création son : Nick Roux
Dramaturgie : Nicola Gunn

Production : Alison Halit

Résidences : Lucy Guerin Inc (Melbourne), CATCH!, Panoply Performance Laboratory, Abrons Arts Center (New York)

 

Avec le soutien du Gouvernement australien – Australia Council, organe consultatif national de financement des arts

Parcours de Luke George

Luke George est chorégraphe, danseur et performeur. Il a grandit en Tasmanie (Australie), travaille à Melbourne et engage des collaborations et des résidences à l’international – notamment à Brooklyn (New York). Luke travaille aussi bien en tant que chorégraphe qu’en tant qu’interprète dans les œuvres d’autres artistes. Après être sorti diplômé du Victorian College of the Arts en 1999, il est interprète dans les pièces de nombreux chorégraphes à Melbourne et dans le monde : Chunky Move, Phillip Adams BalletLab, Jo Lloyd, Stephanie Lake, Frances d’Ath (Berlin), Field Works (Belgique/Norvège), ITOH Kim (Tokyo), Miguel Gutierrez and the Powerful People, K.J. Holmes, luciana achugar, Melinda Ring, Neal Medlyn, Deborah Hay (États-Unis).
Luke George reçoit en 2011 le Melbourne’s Greenroom Award du meilleur danseur masculin. Il a récemment dansé à l’ouverture des concerts du groupe suédois The Knife pour sa tournée californienne. Ses propres pièces chorégraphiques ont été largement présentées en Australie et à l’international. En janvier 2015, il présente pour la première fois ses pièces en France au festival Parallèle (KOMM’N’ACT, Marseille) et festival Artdanthé (Théâtre de Vanves). Il reçoit par deux fois le Melbourne Fringe Awards (1999 et 2013) pour son œuvre chorégraphique ainsi que l’Asialink Residency (2005) et le Russell Page Fellowship (2007). Il collabore avec la Sydney Opera House (2006), Lucy Guerin Inc (2010), Phantom Limbs (2013) et Phillip Adams Balletlab (2015). Luke George s’engage dans des collaborations toutes disciplines confondues et a travaillé sur des projets de théâtre, de film, de performance et d’activités engagées dans le social. Il a été le directeur artistique de la  Tasmanian youth dance company Stompin de 2002 à 2008 et a travaillé avec des centaines de jeunes interprètes dans la création chorégraphique au sein d’espaces non-traditionnels. Il a également collaboré sur des projets de théâtre, et a été performeur résident pour les soirées queer JOHN et Trough Faggot Party. Il est également enseignant et participe à des workshops depuis 2003. Il développe la dramaturgie sur des projets chorégraphiques et co-supervise « First Run », une soirée de danse et discussion à Melbourne.