© Serge Bellaiche
France

Katalin Patkaï

JEUDI

  • Samedi 17 mai 2014  • 19h
  • Dimanche 18 mai 2014  • 16h 30

    La Parole errante

duo • 45 minutes

[création]

ENGLISH

 

Two women move around a condensed space. Naked, they could be in Paradise or in an utopic island. The secret, disappeared and future worlds appear in their gesture. Between them, the link is undefined but they seem to be complementary and indivisible. They imagine a new tentative of the original creation in order to reconquest the innocence and to build new human links. To move away from the contemporary, codified and domesticated society and to continue on an unknown road.

Après Sisters, présentée aux Rencontres chorégraphiques en 2008, voici Katalin Patkaï de retour avec son esprit baroque, absurde et foisonnant, tempéré cette fois par la rigueur et la maîtrise d'Ugo Dehaes, avec qui elle collabore.

 

Deux corps sans sexe et sans âge apparaissent nus comme Adam et Eve, à la différence près que ce sont deux Eve, l'une toute jeune, l'autre un peu plus âgée. Elles rentrent en contact, se jaugent, s'explorent, se mêlent et s'éloignent dans une chorégraphie où la scénographie se marie à l'énergie et l'expressivité des deux interprètes, Katalin Patkaï elle-même et Justine Bernachon, circassienne, danseuse et comédienne, aussi à l'aise au trapèze du portique que dans la tranquille exploration des corps et des objets. On pense ici au mythe du bon sauvage ou au paradis perdu. La nudité ici n'est ni érotisée, ni conceptualisée, elle affirme simplement la force du désir et des corps, leur fragilité aussi, sans pudeur et sans provocation. 

 

Après le corps à corps, c'est à une joyeuse et curieuse auscultation de l'environnement que se livrent les deux femmes : une fois rendues à la nudité, elles peuvent redécouvrir le monde, retrouver un élan vital débarrassé de la tradition, de la culture, de la religion.

 

JEUDI revisite ainsi la figure du duo pour en déjouer les postures et les présupposés et livre une version d'aujourd'hui, parade jubilatoire faite à l’autre, sensuelle et intense, poétique, légère et libre.

Conception, chorégraphie Katalin Patkaï
En collaboration avec Ugo Dehaes
Interprétation Justine Bernachon, Katalin Patkaï
Création lumière Benjamin Boiffier
Compositeur Roeland Luyten

Production Compagnie En avoir ou pas
Coproduction Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, Le Générateur - Gentilly, KBOX & CO, Kwaad Bloed et VGC
Résidence de création Le Générateur - Gentilly / Actes if, Studio Courpière

Parcours de Katalin Patkaï

Fille du sculpteur hongrois Ervin Patkaï, Katalin Patkaï cherche avant tout à fuir une filiation trop évidente en s’inscrivant à la Sorbonne. Après une licence de lettres modernes, elle intègre l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris. En 2000, diplômée de scénographie, elle s’engage dans la danse contemporaine qu’elle découvre, d’abord comme scénographe auprès des chorégraphes Arco Renz, Marion Ballester et Marie-Jo Faggianelli, puis avec ses propres pièces : Spatialisation sonore pour un danseur (2002), qui soude sa collaboration avec Ugo Dehaes. Viennent ensuite X’XY (2004), Appropriate clothing must be worn (2006), Rock Identity (2007), Sisters (2008). La même année, Daniel Larrieu lui remet le prix SACD du Nouveau talent chorégraphique. Puis, de sa rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Yves-Noël Genod, naît C’est pas pour les cochons (2009). En 2013, suite à la naissance de ses deux fils, elle entreprend MILF, ou comment rester femme en étant mère. Elle a été interprète pour les chorégraphes Marie-Jo Faggianelli, Isabelle Esposito, Erika Zueneli et Eric Arnal Burtschy. Elle est diplômée de l'école de yoga EFAY.