© Arko
République de Corée

JANG Young Gyu, LEE Hee Moon, Monk Jung Kak

Gullip Project

  • Samedi 4 juin 2016  • 21h
  • Dimanche 5 juin 2016  • 20h
  • Lundi 6 juin 2016  • 21h

    La Parole errante

pièce pour 2 chanteurs et 1 musicien • 45 minutes [première en France]

Concert

 

SOIRÉE PARTAGÉE AVEC 박박parkpark

Focus Corée #2 : 3 spectacles présentés

 

Dans le cadre de l'Année France-Corée 2015-2016

ENGLISH

 

Gullip Project deals with the practice of Buddhist priests going from house to house reciting Buddhist scriptures and begging for alms, which we might say has tost its “raison d’être” and fallen out of use. Gullip, which developed in many ways through borrowing from shamanic and folksongs of Gyeonggi province, has disappeared due to changes in the economy logic. Through the example of Gullip, we witness how a tradition, born of the needs of its age, has since receded and been systematized through social change, becoming artificially preserved. This work interrogates the formation of a “constructed tradition”.

    Dans la tradition bouddhiste, le gullip était un moyen de collecter des fonds pour les services religieux. Un homme, le gosayeombul, se présentait aux maisons et récitait des prières et des textes bouddhistes — plus proches du chamanisme que des enseignements de Bouddha. Très ancré dans la culture coréenne, ce rituel tend à s’éteindre aujourd’hui. D’un autre côté, le seonsorisantaryeong, considéré aujourd’hui comme un trésor culturel, consistait pour les religieux à demander de l’argent en échange de chansons et de danse.

 

    Gullip Project joue donc avec ces figures de la tradition, en les déplaçant sur une autre scène. Ici, dans un éclairage de boîte de nuit ou de karaoké, avec ses tâches de couleurs qui bougent sur les murs, deux interprètes se font face. D’abord noyés dans la pénombre ils se succèdent tour à tour dans un long chant, parfois a cappella, parfois accompagnés de la musique du compositeur JANG Young Gyu, notamment connu pour avoir écrit la bande-son des films Sympathy for Mr Vengeance, A Bittersweet Life ou The War of Flowers.

 

    LEE Hee Moon a tous les attributs de la modernité (baskets, lunettes noires et casquette), Monk Jung Kak celui de la tradition (grande robe blanche, étole rouge, collier qu’il égrène tel un chapelet). Pourtant les deux se répondent et finissent par se rejoindre.

 

    Par la circulation des signes attachés au sacré et au profane, au passé et au présent (lumières, musique, costumes, accessoires tel un éventail) et par la circulation du chant entre les deux interprètes, Gullip Project inscrit la tradition dans un mouvement temporel, dans une histoire qui à la fois la considère et la relativise.

Mise en scène, composition musicale, musique live : JANG Young Gyu
Chant : LEE Hee Moon, Monk Jeong Kak

 

Parcours de LEE Hee Moon

La compagnie LEE Hee Moon s’associe à des artistes issus de différentes disciplines de l’art vocal traditionnel coréen et les rassemble pour créer des performances construites autour de chants traditionnels mêlant différentes disciplines artistiques. Ces performances uniques offrent au public de nouvelles façons d’ écouter la musique traditionnelle. Depuis sa première pièce en 2008, Gyeonggi Sori Project, Emperor listens to Hee-moon, Lee a également crée : Eolssigu Without Hesitation, Order-made Repertory: ZAP(雜) et Swallow, Summer, Folk Song.