© Claudio Rey
France — Pays-Bas

Herman Diephuis

Bang !

  • Vendredi 10 juin 2016  • 14h 30
  • Vendredi 10 juin 2016  • 20h 30
  • Samedi 11 juin 2016  • 17h

    Théâtre du Garde-Chasse

duo • 40 minutes

ENGLISH

 

“Bang!” is the sound of a gun going off, of an explosion; “Bang” is the Dutch translation for fear, the theme of the piece. There is fear that attracts and excites us: looking for thrills, letting the imagination run wild, scaring oneself just for the fun of it, fear as a game. There are childhood fears: ghosts, noises, the big bad wolf, darkness. Then there are the existential fears: fear of the other, of differences, of solitude, of death. Bang! explores all the facettes of fear, its physicality, its sound, and what it brings out in our collective and individual imagination, while avoiding the caricature or anecdote, with a good dose of humor and absurdity.

    Bang ! Dans les bandes-dessinées comme dans les jeux d’enfants, cette interjection signale le coup de feu. Pour Herman Diephuis, c’est aussi la traduction néerlandaise qui signifie la peur, autour de laquelle cette pièce a été conçue. Une peur avec laquelle on s’amuse, que l’on joue, que l’on redoute, qui excite, qui sidère. À commencer par celle du noir dans lequel Bang ! commence avant que lentement un visage grimaçant, bouche ouverte, yeux écarquillés, ne surgisse de la pénombre.

 

    Ensuite elles seront deux sur scène, deux femmes qui jouent à se faire peur l’une l’autre, inversant les rôles, passant tour à tour de l’apeuré à celui qui effraie, de la victime au bourreau, criant, courant, aboyant, se cognant, fuyant.

 

    Conçue pour tous publics, très narrative, la pièce d’Herman Diephuis balaie, sans avoir l’air d’y toucher, le large spectre de nos peurs. Convoquant les figures imaginaires qui y sont liées (agresseur, mort-vivant, masques, hurlements…), le chorégraphe s’empare de cette émotion et la frotte à ses possibles corporels, gestuels, pariant sur la confrontation de deux corps et de deux présences très différents — l’une, Mélanie Giffard est danseuse, jeune et fine, l’autre, Dalila Khatir est chanteuse lyrique, plus âgée et corpulente. Mais, plutôt que d’y rester enfermée, la pièce explore aussi comment en sortir : par le burlesque et le rire, qui éclate soudain en contrepoint ; par la complicité et le rapprochement quand l’autre cesse d’être celui qui inquiète. Car Bang ! est avant tout une machine chorégraphique à conjurer la peur, à l’expulser, collectivement.

Conception, chorégraphie : Herman Diephuis
En collaboration avec et interprété par : Mélanie Giffard, Dalila Khatir
Création lumières : Sam Mary

Production : Association ONNO
Coproduction : Le Forum — scène conventionnée de Blanc-Mesnil
Soutien : Association Beaumarchais-SACD

Parcours de Herman Diephuis

Herman Diephuis est né en 1962 à Amsterdam. Il a travaillé comme interprète pendant plusieurs années avec de nombreux chorégraphes : Régine Chopinot, Mathilde Monnier, Jean-François Duroure, Philippe Decouflé, François Verret, Jérôme Bel, Xavier Le Roy et Alain Buffard. En 2002, il chorégraphie La C et la F de la F dans le cadre du projet Les Fables à la Fontaine. Il crée sa compagnie en 2004 afin de mettre en œuvre ses propres créations et projets : D’après J.-C. (duo-2004), Dalila et Samson, par exemple (duo-2005), Julie, entre autres (sextuor-2007), Paul est mort ? (trio- 2008), Ciao bella (quinttet-2009), Exécutions (solo-2011), All of me et Let it be me (solos-2012 et 2013), Objet principal du voyage (quatuor-2012) et Let it be all of me, at last (duo-2013). En parallèle, il développe des projets de création avec des amateurs et des propositions spécifiques pour des musées, comme Impressions en mai 2013.

 

Aux Rencontres chorégraphiques :
2004 D’après J.-C.