Clélment Dazin | Bruit de couloir - © Michel Nicolas
France

Clément Dazin

Bruit de couloir

  • Samedi 6 juin 2015  • 17h
  • Dimanche 7 juin 2015  • 15h

    Studio Théâtre

solo • 30 minutes

ENGLISH

 

Bruit de couloir is about a strange phenomenon called NDE, Near Death Experience, but the piece has nothing to do with death, it concerns life. In an aesthetic, abstract and poetic way, Bruit de couloir suggests a deep and intimate thought about the meaning of life in an intentionally simple and purified universe. By mixing contemporary dance, hip hop dance and a singular way of juggling, the show evokes different stages of life and reproduces emotional states through the body, balls and juggling.

Il y a quelque chose d'une grande pureté et d'une grande simplicité dans le solo de Clément Dazin qui mêle jonglage et danse. Seul en scène, sur un plateau la plupart du temps plongé dans la pénombre où sont mis en lumière des fragments de corps (mains, bras), il explore un univers baignant dans le clair-obscur, comme suspendu, à la lisière du monde.

En s’inspirant de récits de personnes ayant vécu des instants de coma, et dont quelques témoignages parsèment la pièce, ce solo évoque la fragilité des choses. Une marche au ralenti dans un carré de lumière blanche, une respiration amplifiée, des boules blanches que Clément Dazin fait tourner comme on tisserait, ou dans lesquelles il shoote, et qui rebondissent, ou encore qu'il rattrape comme des sursauts de vies. Des mains comme menottées qui dessinent, dansent et caressent, une musique qui grince, crisse et se répète : autant de figures empreintes d'une douce mélancolie, hommage au vivant, et réflexion sur la vulnérabilité, les sas de passages imposés par l'existence, les moments de suspension.

Issu du Centre national des arts du cirque mais aussi formé au hip hop dont la technique lui permet de distordre le temps, Clément Dazin déploie une gestuelle d'une grande fluidité, précise et délicate, d'une virtuosité discrète, qui s'efface derrière l'atmosphère qu'il parvient à créer.

Bruit de couloir offre ainsi une partition entêtante et douce, aérienne et profonde, dans laquelle les boules blanches acquièrent une forme d'autonomie, et deviennent des partenaires à part entière comme pour mieux raconter des fragments d'émotion, de vie.

Conception, interprétation : Clément Dazin
Création lumières : Freddy Bonneau
Création son : Grégory Adoir
Regards extérieurs chorégraphiques : Bruno Dizien, Aragorn Boulanger, Johanne Saunier

Production déléguée : Les Migrateurs – Pôle national des Arts du Cirque Alsace en préfiguration
Aides au projet : DRAC Alsace, DRAC Champagne-Ardenne – Ministère de la Culture et de la Communication, Rectorat de Reims, Ville et Communauté urbaine de Strasbourg
Coproduction et résidences : Parc de la Villette (Paris) – résidences d’artistes 2013, La Brèche – pôle national des arts du cirque Basse-Normandie, Espace Athic (Obernai), Les Migrateurs – pôle national des arts du cirque Alsace en préfiguration, Centre national de la danse (Pantin), Centre national des arts du cirque, Le Manège de Reims – scène nationale

Parcours de Clément Dazin

Très vite intéressé par le mouvement, Clément Dazin commence la gymnastique à l’âge de 6 ans. Il se tourne vers le cirque et plus particulièrement vers le jonglage à 16 ans en intégrant la compagnie amateur Point Bar, dans laquelle il découvre le plaisir de la création. Tout en poursuivant ses études, il continue à se former au mouvement et à la scène en suivant des cours de hip hop, de théâtre et en pratiquant le jonglage et l’acrobatie dans diverses structures. En 2008, il intègre Ménival, l’école de cirque de Lyon puis le Centre National des Arts du Cirque en 2009. Il y rencontre des artistes tels que Philippe Genty, Aragorn Boulanger, Johanne Saunier, Julien Clément ou Bruno Dizien. En 2012, il part en tournée avec le spectacle de fin d’études de la 23ème promotion du CNAC This is The End mis en scène par David Bobee. Au cours de ces formations, Clément Dazin cherche les liens entre la danse contemporaine, la danse hip hop et le jonglage pour développer son univers. En travaillant sur ces liens, il prend conscience de l’intérêt de croiser les disciplines pour les sortir de leur milieu. En novembre 2013, il crée Bruit de couloir, un solo de danse et jonglage.