© GeunWoo Kim
République de Corée

Art Project BORA

Somoo

  • Samedi 28 mai 2016  • 17h 30
  • Dimanche 29 mai 2016  • 16h

    La Commune

pièce pour 6 danseurs et 4 musiciens • 45 minutes [première en France]

 

Focus Corée #1 : 4 spectacles présentés

 

Dans le cadre de l'Année France-Corée 2015-2016

      

ENGLISH

 

Somoo expresses the women’s genital’s visual structure and decomposition through choreography. Taking the female body as a subject, Somoo adds an element of fantasy through the collective memory of all the individual dancers with the twist of the choreographer’s own interpretation. After collecting various images of traditional Asian gestures (such as laying two palms together in front of the chest and bowing), it attempts to configure those movements into a visualization of the female genital.

    En 2014, la chorégraphe coréenne KIM Bora a présenté aux Rencontres chorégraphiques le solo A long talk to oneself. Elle revient cette fois avec Somoo. D’une pièce à l’autre on retrouve ce goût pour les ambiances nocturnes et fantastiques, les êtres qui semblent pris dans des filets et des cérémonies étranges. Ici, KIM Bora propose une pièce plus ample où six danseuses évoluent sur scène accompagnées de quatre musiciens. Plusieurs tableaux se succèdent, chacun tournant autour de la représentation et de l’imaginaire constitués autour des organes génitaux féminins.

 

    Apparaissant d’abord autour d’objets érigés tels des totems sur scène, les danseuses, vêtues de shorts et de débardeurs blancs, semblent glisser et jouer avec ces « statues », sortes de figures masculines qu’elles prendraient pour partenaires et mettent en place les signes classiques de la féminité — déhanchement, séduction.

 

    KIM Bora n’hésite pas à marier les registres, passant de figures évoquant le ballet classique à un solo théâtral quasi expressionniste. Poursuivant un travail qui consiste à frotter les strates de représentations entre elles, KIM Bora joue avec les images pré-établies, les clichés, pour en faire surgir à la fois le noyau dur et l’artifice — ainsi de ces tenues blanches portées par les danseuses, couleur portée seulement par les hommes dans la Corée ancienne, ou de ces ficelles posées sur leurs corps qu’elles tirent comme on actionnerait celles d’une marionnette. Dans Somoo, la chorégraphe explore alors la tension entre les constructions symboliques et une expressivité individuelle.

Chorégraphie : KIM Bora
Musique : KIM JaeDuk
Danseurs : PARK SangMi, JUNG JuRyung, JI KyungMin, LEE HyeJi, CHOI SoYoung, YOON SunJi
Musiciens : EunKyeol CHO, MinYoung LEE, KwanWoo LIU, HyeonTak CHOO
Direction des répétitions : JI Kyung Min
Création lumières : LEE SeungHo
Régisseur : KIM JinWoo
Scénographie : KIM June
Accessoires : SHIN JaeHyun
Costumes : CHOI InSook

Production : Art Project BORA
Soutien : Dancer’s Career Development Center

 

 

 

Parcours de Art Project BORA


Danseuse, chorégraphe et fondatrice de la compagnie Art Project BORA, KIM Bora est titulaire d’un Master de l’Université Nationale des Arts de Corée du Sud et a obtenu un doctorat à l’Université de Dangook. Elle reçoit en 2012 le grand prix au Seoul International Choreography Festival ainsi que le prix du jury au Yokohama Dance Collection en 2014 en tant que chorégraphe. Elle reçoit également le prix de la meilleure danseuse au Dance Vision Festival en 2013. Son travail de chorégraphe se concentre sur la danse contemporaine. Elle mène des travaux expérimentaux qui mêlent les genres et déconstruisent les concepts d’espace. KIM Bora stimule l’émotion du public, usant à la fois du grotesque, d’une expression esthétique et d’une mise en scène théâtrale. Ses pièces ont été présentées en Corée, au Japon, à Singapour, en Slovénie, en Finlande, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, en Autriche et en Belgique. Elle travaille actuellement avec de nombreux danseurs pour ses chorégraphies de groupe.

 

Aux Rencontres chorégraphiques :
2014 A long talk to oneself